X
877.726.3933 Contact Us

Blog

6 CONSEILS POUR LA PLANIFICATION DE SALLE DES PIÈCES À CONVICTION ET L’ENTREPOSAGE DE PREUVES

La sécurité publique est une science très complexe et il est crucial de préserver la chaîne de possession. Avec de bonnes méthodes d’emballage et techniques d’entreposage, vous pouvez surmonter les perpétuels défis en matière d’entreposage qui font partie du travail.

En lien avec les normes professionnelles de l’IAPE (International Association of Property and Evidence), découvrez six conseils pour l’entreposage de preuves et la planification de salle de pièces à conviction.

1. Établir des fonctions claires et les garder à l’esprit.
L’emballage des preuves doit servir deux fonctions de même importance. Il doit être utilisé pour protéger la preuve afin qu’elle ne perde pas de sa valeur, ainsi que permettre un entreposage uniforme dans vos installations d’entreposage à long terme des preuves.

2. Parler à votrelaboratoire judiciaire.
Les autorités de police doivent concevoir des méthodes d’emballage qui fonctionnent pour vous. Cependant, si vous travaillez avec un laboratoire judiciaire provincial ou fédéral, vous devez également garder à l’esprit leurs besoins en matière d’emballage et d’entreposage. S’il est difficile d’entreposer vos preuves dans leurs systèmes, cela peut prendre plus de temps pour les tester et vous les renvoyer.

3. Fournir des instructions.
Il est important de créer un manuel de l’emballage; particulièrement s’il existe un roulement de personnel important chez les employés de la salle des pièces à conviction ou si le personnel de la salle des pièces à conviction est nombreux. L’IAPE (International Association of Property and Evidence) dispose d’une liste de types de preuves qui sont assez courantes pour la plupart des salles des pièces à conviction. Cette liste peut vous aider à disposer de normes d’emballage distinctes pour ces types de preuves.

4. Vous pouvez dire « non ».
À l’étape de la planification desalles des pièces à conviction, vous devez établir une norme dès le début. Si un article n’est pas emballé selon les procédures d’emballage ou d’entreposage des preuves indiquées dans votre manuel, il doit être refusé et le bureau de mise en détention doit en être averti.

5. Connaître les besoins de votre département.
Examiner les types et les quantités de biens saisis et de preuves qui sont enregistrés régulièrement dans votresalle des pièces à conviction. Cela facilitera grandement l’évaluation de la taille et de l’emplacement des aires pour différents types de preuves. Il est également pertinent de demander votre emballage sur les articles qui sont les plus souvent enregistrés.

6. Concevoir vos étagères.
Si vos étagères sont fixes, il est facile de concevoir vos conteneurs d’entreposage selon vos étagères. Si les étagères sont ajustables, on peut envisager d’utiliser des tailles standard pour minimiser les coûts. Par exemple, il est bien plus facile d’utiliser des boîtes de banque standard que d’utiliser des boîtes de différentes formes et tailles.

Nous avons établi 6 conseils supplémentaires à garder à l’esprit
vous examinez vos procédures d’emballage et d’entreposage de preuves.

1. Visiter d’autres sites; voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

2. Placer les casiers à preuves à l’endroit le plus pratique : la salle de rédaction de rapports.

3. Si possible, installer des casiers de type traversant dans le mur commun entre la salle de rédaction de rapports et la salle des biens saisis pour gagner du temps et économiser de l’énergie.

4. Éviter à tout prix les casiersde base avec de simples verrous à « gravité », car ceux-ci peuvent facilement être crochetés et, conséquemment, compromettre votre chaîne de possession. 

5. Utiliser des casiers conçus pour être ouverts seulement depuis la salle des biens saisis avec un loquet à battement afin de ne pas avoir à se soucier de clés.

6. Varier la taille d’ouverture des compartiments des casiers pour les inévitables différents types de preuves ET inclure des armoires réfrigérées et/ou de séchage.

Top